Baiana System – Nouveau chemin de la musique bahianaise

Baiana SystemA s’écarter des sentiers battus, on prend le risque de se fourvoyer, mais n’est-ce pas mieux que de rester embourbé sur les vieux chemins ? C’est ce que propose Robertinho Barreto, qui avec le premier album de son Baiana System sorti en 2010, refuse le carcan de la musique axé qui phagocyte la musique bahianaise et multiplie les innovations,  les styles et les partenaires, comme autant de prises de risque.

Le fil conducteur de son groupe est la guitarra baiana, un instrument méconnu inventé à la fin des années 1940. On la qualifierait volontiers de « petite guitare électrique » si on ne passait alors à côté de son originalité ; elle a été inventée avant l’arrivée de la guitare électrique au Brésil et son inspiration est la mandoline. Dodô et Osmar lancèrent la guitarra baiana lors du carnaval de Salvador da Bahia de 1951, juchés sur un camion monté d’enceintes, donnant naissance au premier trio eléctrico.

BaianaSystem_RobertinhoBarreto_Foto_FilipeCartaxo_01

Si les trios eléctricos sont aujourd’hui l’emblème du carnaval de Salvador, la guitare bahianiaise est un peu oubliée. Avec Baiana System, Robertinho Barreto  remet au goût du jour cet instrument et lui offre un répertoire rénové. La référence à la musique de Bahia dont est originaire Barreto est prolongée par la présence des percussions locales, les timbau, re-popularisés par l’incontournable Carlinhos Brown. C’est d’ailleurs dans son groupe, Timbalada que Barreto a fait ses armes, avant de fonder Lampirônicos, un groupe de rock nourri d’influences régionales.

Avec Baiana System, il pousse plus loin son amour des mélanges. Sur frevofogute para os Retrofoguetes, il revisite le frénétique frevo, l’emblématique musique du carnaval de Recife, que jouaient déjà Dodo et Osmar. Sur Da Calçada Pro Lobato, il s’inspire du rythme et du jeu de guitare de la guitarrada, style de l’État du Para créé par le guitariste Mestre Vieira. Le morceau est un hommage à Pio Lobato, musicien qui a récemment remis sur le devant de la scène la guitarrada, dans une démarche d’ailleurs proche de celle de Baiana System.

Hors Brésil, la principale référence du disque est le reggae et le dub qui irriguent tout l’album, parfois de manière un poil appuyé (Jah Jah Revolta, Bembadub). Mais Barreto ne s’arrête pas à ces influences somme toutes balisées*  puisqu’il puise également dans la musique indienne en intégrant des tablas (percussions) et un sitar (Amerikha Expressa). Il revendique également l’influence de la guitare électrique africaine, notamment congolaise et angolaise des années 1970, ce qui le rapproche de deux guitaristes brésiliens contemporains géniaux, Siba et Kiko Dinucci.

16560092352_003321f193_k

Baiana System| Largo do Pelourinho | 16 FEV 2015 | © Sidney Rocharte

Robertinho Barreto n’est pas chanteur et se concentre sur le jeu de sa guitarra baiana. Sur les morceaux non instrumentaux, son goût pour l’éclectisme se manifeste par une partie vocale confiée à une multitude de chanteurs bahianais de générations différentes. Côté ancien on trouve Gerônimo, pionnier de l’axé music des années 1980 et figure du carnaval local. Côté jeune, il s’associe avec Russo Passapusso qui a depuis sorti un premier album solo remarqué. Entre les deux, le formidable Lucas Santtana, musicien précurseur de la nouvelle scène indépendante brésilienne mais dont le travail, au demeurant remarquable ne se nourrit guère de sa Bahia. Le dernier invité est le carioca BNegão, ancien membre du groupe de rap pionnier Planet Hemp et désormais en solo avec les Seletores de Frequência.

Cette hétérogénéité des styles, des influences et des chanteurs pouvait aboutir à un album fourre-tout, stimulant mais bancal. Il n’en est rien. Grâce à la guitarra baiana de Robertinho Barreto et une production très réussie, il se dégage de l’ensemble une étonnante cohérence, renforcée par un univers visuel très réussi.

Depuis ce premier jet réussi, Baiana System a enchainé les concerts,  immortalisés dans un live en plein cœur du Pelourinho, le quartier historique de Salvador et s’apprête à sortir un nouvel album qui devrait confirmer que Baiana System trace le nouveau chemin de la musique Bahianaise.

Baiana System – Baiana System (Garimpo Música, 2010)

Pour en savoir plus, je vous invite à lire l’interview de Robertiho Barreto réalisé par Olivier Cathus (Afro-sambas).

*Le reggae très populaire au Brésil notamment à Bahia est joué par des Brésiliens depuis Transa de Caetano Veloso (1972).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *